• Facebook - White Circle
  • Twitter - White Circle
  • YouTube - White Circle
  • Instagram - White Circle

Pour une nuit d'hiver

23213347_1459678194152732_78799451393908
Pour recevoir le CD par la poste :
Envoyer un mail à clemencechevreau@gmail.com 
(10€ frais de port inclus)

Voix, Guitares, percussions : Mèche

Piano : Nathalie Fortin

 

Arrangements des titres au piano : Nathalie Fortin

Son : Jérôme Coursier pour les deux titres au piano

Léon Garage pour les guitares électriques et les percussions.

Philippe Brun pour les voix des 6 titres et la guitare d’ « Après l’automne »

Mix : Jérôme Coursier pour les deux titres au piano

Philippe Brun pour  1, 4 et 5

Damien Davadant pour 6

Mastering : Little Big studio (Christophe Darlot)

Photos : Lulu images

EN CONCERT

29 et 30 juin 2019 Autour du Piano (FLF Ivry)

 
 
 

Seule sur scène, Mèche resserre les liens avec sa guitare électrique blanche pour dessiner des orages et des silences. Elle chante des images, des sentiments et des paysages… Elle vous entraîne, elle entrouvre des portes pour que vous veniez avec elle dans son imaginaire. Mystérieuse et pleine de contrastes, entre rage et fragilité, Mèche tourmentée, Mèche amoureuse, d’une voix puissante et claire elle vous livre ses émotions en blanc et en couleur.

Son dernier disque « Pour une nuit d’hiver » sorti en octobre dernier porte un univers musical aérien et épuré.

Mèche, c'est l'histoire d'une fille qui attend… l’espoir sur le bout de la langue.

"Comment, par quelle force, quelle magie, Clémence Chevreau, notre Mèche, peut-elle faire vivre sur scène une telle offre d’amours, de passions, l’avant et l’après avec tant de conviction, d’affliction, de persuasion ? Et, malgré les revers et défaites qui jonchent l’arène, repartir au combat jusqu’à la victoire, jusqu’au repos de la guerrière. Et, au passage nous offrir de telles chansons d’amour qui parfois se muent en odes, en complaintes. De pure beauté." Nosenchanteurs - Avril 2018

"

"Dotée d'une sacrée présence, Mèche taille sa route entre les cordes, comme une boxeuse sensible et précise dont les coups porteraient sans coup férir."

Magazine Hexagone- juillet 2018

 

Photo Maxence Gandolphe